Recherche rapide

Le congrès – quelques faits et chiffres

15 choses que vous ignorez peut-être...

1. Londres, Stockholm et Vienne ont été l’hôte des congrès de l’ITF en quatre occasions, plus que toute autre ville.

2. Le premier congrès officiel de l’ITF s’est déroulé à Londres du 14 au 16 juin 1898, sous la direction du premier président de l’ITF Tom Mann et du secrétaire international Tom Chambers.

3. Le congrès qui s’est déroulé à Genève en 1921 a été le premier à se diviser en plusieurs conférences consacrées aux différents secteurs du transport.

4. Le congrès à Hambourg en 1924 a été le premier à accueillir des syndicats affiliés extérieurs à l’Europe.

5. C’est lors du congrès à Stockholm en 1928 que l’ITF a adopté une motion reconnaissant la coopération totale de tous les travailleurs du transport « sans distinction de couleur ou de race ».

6. Le congrès à Londres en 1930 a élu le premier représentant d’Extrême-Orient, S. Mogi, du syndicat japonais des marins (JSU), au Conseil général de l’ITF. Ce dernier a déclaré : « Cela permet pour la première fois aux travailleurs orientaux de s’exprimer au sein du mouvement syndical international ».

7. Le premier congrès de l’ITF organisé en dehors de l’Europe a eu lieu à Miami en 1980.

8. Le 17 juillet 1980, on pouvait lire dans l’agenda du président des Etats-Unis Jimmy Carter : « 5 :28 – 5 :45, le président a assisté au 33ème congrès de la Fédération internationale des ouvriers du transport ».

9. La première conférence des femmes a eu lieu à Genève en 1994.

10. Le premier congrès « à thème » fut celui de Delhi en 1998 qui avait pour thème « Mobilisons la solidarité ».

11. Le 39ème congrès à New Delhi fut le premier congrès organisé en Asie-Pacifique.

12. Quelque 1.194 personnes ont assisté au congrès à Durban en 2006.

13. Au total, environ 200.000 mots ont été traduits en six langues pour le congrès de Durban en 2006, parfois la nuit.

14. Environ 1.200 délégués se sont inscrits au 42ème congrès de l’ITF, venant de plus de 100 pays.

15. On emploie une cinquantaine d’interprètes pendant le congrès, avec jusqu’à 40 d’entre eux travaillant en même temps.